Revenir en haut de page

Lady in the Dark WEILL Opéra

Du 13 au 15 février 2009

Partager par mail
<?t('partager_facebook')?> <?t('partager_twitter')?>

Présentation

Distribution

Lady in the Dark
Comédie musicale 
Créée à l’Alvin Theater de Broadway à New York, le 23 janvier 1941

LIVRET de Moss Hart
PAROLES d’Ira Gershwin chantées en anglais et en français
MUSIQUE de Kurt Weill

ORCHESTRE DE L’OPÉRA DE DIJON

DIRECTION MUSICALE Scott Stroman
MISE EN SCÈNE Jean Lacornerie
DÉCOR Bruno de Lavenère
COSTUMES Robin Chemin
LUMIÈRES Laurent Queyrut
CHORÉGRAPHIE Thomas Lebrun
CHEF DE CHANT Stan Cramer
EFFETS MAGIQUES Thierry Collet
SON Emmanuel Sauldubois

BARBARA Landy Andriamboavnjy
KENDALL NESBITT Gilles Bugeaud
LIZA ELLIOT 2 (RÔLE PARLÉ) Cécile Camp
MISS STEVENS Estelle Danière
LE DOCTEUR BROOKS Jean Pierre Descheix
RANDY CURTIS Vincent Heden
MISS FOSTER Sophie Lenoir
LIZA ELLIOT 1 (RÔLE PARLÉ) Tina May
ALISON DU BOIS Julie Morel
MAGGIE GRANT Florence Pelly
BEN Fabrice Pochic
CHARLEY JOHNSON Gilles Vajou
RUSSEL PAXTON Jacques Verzier

 

À New-York, Liza Elliot est la rédactrice en chef du célèbre magazine de mode Allure qu’elle a fondé avec l’argent de son amant Kendall Nesbitt. Elle vit entourée de journalistes, de mannequins, de stars de cinéma et de photographes. Liza a tout pour être heureuse, amour, succès, fortune… Mais voilà : elle est tellement déprimée… Elle se résout à consulter le docteur Brooks, un analyste célèbre.

Dans le secret de son cabinet comme dans l’hystérie excentrique du magazine, Liza, maîtresse-femme ordonne et résiste. Mais lorsque s’ouvre l’espace du rêve… Liza chante, car dans ses rêves règne la musique, et les mots sont chansons. Kurt Weill et Ira Gershwin lui ont taillée des airs de légende tout de rythmes jazzy et d’harmonie langoureuse. Liza, là, est la grande soeur de Marilyn, d’Audrey Hepburn ou de Grace Kelly, glamour, tendre, fragile et une inconsolable enfant.

Difficile de croire que cette comédie musicale ait été écrite il y a plus de soixante ans. Liza, et son combat contre la déprime, seraient le passionnant sujet de bien des romances d’aujourd’hui. Reste qu’il fallait les talents de Moss Hart, un grand scénariste, conjugués à ceux d’un immense compositeur et d’un librettiste historique pour faire d’une quête analytique une formidable comédie musicale, surprenante, riche, rythmée où tout fini loin du divan.